?

Log in

 
 
20 septembre 2009 @ 12:05
Mauvais Karma  

Titre : Mauvais Karma

Auteur : Di ([info]di_50)

Série : House Md

Bêta : Moi-même avec l'aide peu précieuse de mon correcteur d'ortho...

Résumé : Cuddy se fait « manipuler » et House écope d'un mauvais Karma. Huddy

Spoiler: Aucun^^ Je situe ça ... courant saison 5^^( et autour de Noël, cela dit^^)

Rating : K+?

Disclaimer: Pas à moi, pas de sous. Par conter je récupérerai volontiers le branchage^^

Item : [info]hmd_frenchfics  #18 Karma


 


 

 


 

« Non! » L'ordre, ou plutôt le contrordre, avait fusé comme un coup de tonnerre. Cameron savait qu'aller voir la doyenne après qu'elle ait enguirlandé House en période de Noël n'allait pas forcément aller dans le sens de sa requête. Mais là, c'était un peu... extrême.


 

« S'il vous plait, juste un brin de gui au dessus du poste des infirmières, à l'entrée, ça ne fera pas de mal ! »


 

Sa plaidoirie ne semblait pas attendrir la femme en face d'elle. Dans un dessin animé, elle aurait sans doute pu voir de la fumée sortir de ses oreilles. Des fois, elle était contente de ne pas être dans un dessin animé.


 

Elle plaida sa cause du regard, et agita vainement la branche arboricole du bout des doigts. Elle vit soudain la doyenne soupirer. Après tout, elle avait toujours détesté ce genre de coutumes, mais pourquoi en priver les autres...


 

« Je vais y réfléchir. »


 

C'était déjà plus positif, se fit remarquer la jeune immunologiste qui ne se le fit pas dire deux fois, et sortit après avoir déposé la branche incriminée sur le bureau de la doyenne.


 

Celle-ci resta à observer la « décoration » quelques minutes, et s'en alla soudain enquérir quelqu'un pour l'accrocher. S'ils s'imaginaient qu'elle allait s'en occuper avec une jupe fendue, c'était hors de question. Elle se fit remarquer que si House apprenait qu'elle avait cédé à Cameron, elle n'était pas au bout de ses peines, mais balaya d'un geste de la main cette alternative, et retourna aux patients de la clinique. Ceux de House, bien sûr. Enfin, les siens maintenant qu'elle l'avait encore laissé s'échapper. Elle se maudit une fois de plus pour sa faiblesse. Cet homme avait vraiment le don de la faire tourner en bourrique!


 

**


 

« Ca porte malheur, vous savez! »


 

Cameron s'était glissée près de lui alors qu'il signait, près à s'élancer vers la sortie. Il était cinq heures moins deux, mais l'horloge de la clinique n'était pas à l'heure -la faute à qui, on se le demande- et il avait pensé réussir à grappiller quelques minutes. Il s'était retourné vers son -ancienne- employée, avec un sourire forcé, et s'apprêtait à foncer avant que Cuddy ne lui tombe sur le râble à bras raccourcis (ou pas).


 

A choisir entre Cameron et Cuddy, il préférait sa moto. Au moins, elle n'était pas aussi bavarde.


 

«  Ca va vous attirer un mauvais karma » lança la jeune immunologiste avec un sourire en coin alors que le diagnosticien s'élancait déjà vers les portes. Il se retourna vers elle, avisa le gui, et ne réagit pas à temps pour ne pas se prendre la porte en pleine face. S'il croyait à ces choses là, il l'aurait presque crue, elle.


 

**

Une semaine plus tard, il tournait en rond dans son bureau comme un lion en cage. Ca faisait une semaine que, chaque jour, il passait le moins de temps possible au bureau des infirmières, évitant l'endroit avec plus d'ardeur qu'il n'évitait d'ordinaire la clinique, ne saluant personne, ignorant tout obstacle sur son passage, fuyant à toute jambes et canes réunies la branche maudite. Malédiction à laquelle il commençait -presque- à croire, après avoir renversé quatre fois son café -brûlant- sur diverses parties vestimentaires et corporelles en sa possession. Et c'était sans compter les ascenseurs qui se fermaient au ras de son nez, les portes qui lui claquaient au visage, les cols boutonnés de Cuddy et la nouvelle habileté de son ami le cancérologue à le trouver où qu'il se cache.


 

Il prit soudain une résolution. Vaincre une bonne fois pour toute cette fichue rumeur qui le disait malchanceux, et tenter le tout pour le tout. Et après tout, ça pourrait se révéler agréable, tout dépendait.


 

Il se dirigea donc avec une toute nouvelle ardeur, presque semblable à celle utilisée pour fuir auparavant, vers la porte, en s'assurant qu'il ne se la prisse pas dans la proéminence nasale qu'il aurait été fort peu approprié d'appeler nez en l'état des choses. (Des rencontres un peu trop précipitées avec les panneaux de portes en ayant un peu altéré la couleur). Il allongea ses enjambées dans le couloir, guettant les signes de nettoyage en cours et sol glissant, et arriva sans encombre dans le hall.


 

Il sentit un tout nouveau sourire naître sur son visage tuméfié en avisant qui se trouvait sous la branche de gui. Lisa Cuddy, médecin de son état, victime parfaite, pas tout à fait innocente, juste comme il les aimait. Il s'avança d'un pas conquérant, s'attirant au passage quelques regards en coin. Nul ne savait ce qui se tramait dans les entrailles du cerveau ingénieux du diagnosticien, mais tous préféraient l'ignorer. On est jamais trop prudent.


 

Il cria presque son nom, arrivant tout près d'elle le plus discrètement que sa cane le lui permettait, et elle se retourna vers lui dans un sursaut. Elle n'eut pas le temps de voir son regard aller du gui à ses lèvres avant de sentir celles du diagnosticien sur les siennes. Par pur réflexe, elle passa ses bras, dont un qui tenait toujours un stylo et s'enfonça sans ménagement dans la peau du diagnosticien, autour de son cou. Elle le sentit tressaillir au contact, mais il ne lâchait pas prise. Elle ne vit pas non plus les regards éberlués qui se posaient sur le couple bizarrement assorti au milieu du hall. Ni Cameron qui, bouche bée, se rendait compte que son plan n'avait pas tout à fait marché comme prévu.


 

Elle le vit se reculer, toujours sans réaction de rejet de sa part. Il grommela entre ses dents 'mauvais karma' et partit à grandes enjambées en direction de n'importe quoi, pourvu que ce ne soit pas Cuddy et son stylo vengeur. Si même elle se mettait à l'embrocher, il était mal barré. Cette expérience était foireuse.


 

La doyenne se mordilla la lèvre, captant les dernières réminiscences du goût de son employé. En fait, cette branche de gui n'était peut-être pas une si mauvaise idée...

 
 
 
sganzy_ficssganzy_fics on le 02 octobre 2009 22:10 (UTC)
Chouette histoire, j'ai bien aimé!

Et pour les fautes, y a qu'une phrase qui a capté mon attention:
"Il cria presque son nom, arrivant tout près d'elle le plus discrètement que sa cane le lui permettait"
-> "Cria" ça se dit pas et "canne" pas cane.
Mais sinon j'ai vraiment rien vu qui me choquait.
(anonyme) on le 01 juin 2010 19:19 (UTC)
Fanfiction
Yeah, i like your doctor House's fanfiction.
I guest i don't understand all words but the story it cute.
Congratulation
bye, Elise.
andrealili on le 15 juin 2010 10:50 (UTC)
Joli! :D

Bravo! ^^ Tu as du talent. ;)

Certaines expression m'ont un peu gênée, telles que "se fit remarquer la jeune immunologiste". "Se faire remarquer" dans le sens que tu l'utilise, et bien, ça sonne étrangement à mes oreilles.

Mais à part ça, j'ai adoré ton histoire, elle est sympa, accrocheuse...

Miicii beaucoup pour ce petit moment de plaisir! :D

xoxo